Encore une maison BBC EFFINERGIE par la SA VELUX. Alors !!!!! Le prix non d'un chien !!!!

CHERE...... TRES  CHERE Je note une petite incohérence, et vous vous l'avez trouvée.

Voici l'article :



Lumière et confort pour une maison de
2020



À son tour, le groupe
Velux propose un projet de maison adaptée aux réglementations thermiques de
2020. À l’honneur, le confort de vie des habitants, avec une lumière naturelle
et un renouvellement de l’air intérieur régulé. La maison fera l’objet d’une
surveillance poussée, pour observer l’évolution dans le temps des
installations.



En matière d’habitat, les constructeurs sont décidément très
en avance. Non contents de devoir s’adapter à la nouvelle réglementation thermique
RT2012, ils anticipent déjà celle de 2020 ! Le groupe Velux n’est pas en reste
: il lance le projet Model Home 2020, un ensemble de six constructions dans
cinq pays européens* qui tiennent compte du climat, de l’architecture et des
normes de constructions locaux.



Les projets sont tous à énergie positive - donc prêts pour la réglementation
thermique RT2020 en France - et adaptés aux réglementations énergétiques
européennes qui entreront en vigueur en 2020. "Tous feront l’objet
d’une surveillance, pour observer l’évolution dans le temps des
installations"
précise Laurent Le Houerou, responsable technique du
projet français



En France, Model Home 2020 donnera lieu à la construction de
la maison Air et lumière. La bâtisse à ossature en bois, située dans l’Essonne,
répondra aux exigences du label BBC Effinergie, et des standards Haute qualité
environnementale (HQE). "Pour la construction de la maison, nous nous
baserons sur les référentiels du certificateur Cequami, qui nous fournira par
ailleurs une attestation de suivi"
précise Laurent Le Houerou. La
maison devrait être neutre en CO2, au moins pendant sa phase d’utilisation



Une isolation de 40 à 50 cm permettra de limiter le
chauffage à une pompe à chaleur (PAC) extérieure et un plancher chauffant basse
température alimenté par 35 m² de panneaux photovoltaïques. Le toit devient
ainsi un acteur phare de la maison, puisqu’il fournit l’énergie et limite les
déperditions thermiques. Par ailleurs, grâce aux ouvertures et fermetures
intelligentes (brise-soleil orientables, volets et stores télécommandables), le
toit régulera les entrées de chaleur en été



Pour une approche environnementale globale, toutes les
dépenses énergétiques doivent être limitées. Outre les économies de chauffage,
l’eau chaude sanitaire - fournie par des panneaux solaires thermiques - sera
également un point important. "Le réseau présentera trois départs d’eau
: froide, chaude et tiède, pour limiter la consommation énergétique au minimum
nécessaire"
explique Laurent Le Houerou. En effet, on produit
directement de l’eau tiède, au lieu de mélanger pour cela de l’eau froide et de
l’eau chaude, qui aurait été surchauffée pour rien.



Même l’électroménager sera choisi en conséquence : "uniquement des
produits A++, pour ne pas dépasser 25 kWh/m²/an"
précise le
responsable du projet. La présence de nombreux vitrages apporte également plus
de lumière, à l’étage comme au rez-de-chaussée, "ce qui permet aussi de
réaliser des économies d’éclairage"
souligne le responsable du projet.



Plus qu’une simple source d’économies d’énergie, la baie
vitrée du toit est l’un des éléments phare de la maison Air et lumière. "Le
confort de vie des habitants, à la fois visuel et sanitaire, a été longuement
étudié"
précise Laurent Le Houerou. C’est pourquoi Velux a opté pour
une lumière naturelle, tirée de la grande baie vitrée du toit. Les vitrages de
la maison sont également source de ventilation naturelle l’été et à la
mi-saison. En complément, une ventilation mécanique contrôlée (
VMC) double flux permet de renouveler
l’air intérieur pour qu’il soit plus sain.



Après six à neuf mois de visites ouvertes au public, la maison sera habitée par
une famille pendant un an. L’occasion pour une université danoise de mesurer
les performances énergétiques mais surtout de tester l’atmosphère intérieure,
grâce à des capteurs installés dans toutes les pièces de la maison. Humidité,
CO2, température, présence, consommation d’eau chaude, tiède, froide, de
chauffage d’électricité, etc., les moindres mouvements de la maison seront donc
analysés.



"Cette maison nous servira à démontrer que ces
technologies seront utilisables à l’avenir dans d’autres maisons, et que des
objectifs très ambitieux sont atteignables"
insiste Laurent Le
Houerou. Le bâtiment a été pensé, avec l’aide d’un cabinet d’architecte, pour
être "décomposable" : la maison Air et lumière est constituée de
volumes imbriqués, dont le nombre et la taille peuvent varier pour s’adapter au
contexte. Grâce à cette modularité "l’architecture ne bloque pas la
technologie"
conclue Laurent Le Houerou.