Je viens de repérer sur le site batiactu un article qui va faire le bonheur de ceux qui veulent construire en paille en banlieue de grande ville et qui ne souhaite pas se chauffer au bois.

Des chaudières à gaz pour produire de l'électricité

Quatre logements sociaux d’Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, ont été équipés d’une chaudière à gaz expérimentale. Grâce à elle, ses occupants couvrent la totalité de leurs besoins en chauffage et eau chaude sanitaire mais, en plus, produisent de l’électricité...



Jamais France Habitation, l’un des principaux bailleurs sociaux d’Ile-de-France, n’avait demandé aux occupants d’un logement de prendre autant soin de leur chaudière. Il faut dire que jusqu’ici, il n’avait pas non plus mené d’opération pilote avec ce type d’équipement. Mais, la situation a changé : quatre de ses logements neufs situés à Epinay-sur-Seine, en Seine-Saint-Denis, viennent en effet d’être équipés d’une chaudière nouvelle génération. L’opération, menée en partenariat avec GrDF, filiale indépendante de GDF Suez, vise à tester un matériel dont la commercialisation n’a pas encore été lancée en France. Cette chaudière présente la particularité d’arriver à la fois à couvrir la totalité des besoins en chauffage et eau chaude sanitaire du logement mais aussi entre 50% et 80% de ceux en électricité.

150 euros économisés par an

Les quatre logements concernés ont été équipés d’un écogénérateur, dispositif innovant comprenant une chaudière à condensation et un moteur à combustion externe couplé à un générateur. "Lorsque l’écogénérateur est sollicité pour chauffer le logement ou l’eau, il produit en parallèle de l’électricité", résume-t-on chez GrDF. Outre les bénéfices environnementaux et énergétiques liés à la fabrication d’énergie in situ, le système présente l’avantage de faire réaliser aux habitants d’importantes économies financières. Ces derniers peuvent en effet revendre le surplus de leur production d’électricité à EDF. "Les gains générés par la production d’énergie devraient alléger la facture énergétique globale, donc les charges locatives des habitants, commente Max Blettery, responsable du programme d’Epinay-sur-Seine au sein de France Habitation. Ils ont été potentiellement estimés à 150 euros par an, soit une diminution de la facture énergétique de l’ordre de 15%".

Commercialisation prévue pour 2010-2011

Pour vérifier l’efficacité du système, les logements pilotes seront mis en comparaison avec d’autres, équipés d’une chaudière à gaz classique. Un livret pédagogique expliquant le bon fonctionnement de l’installation a par ailleurs été d’ores et déjà remis à chacun des locataires. "Un an d’observation sera nécessaire, confie Max Blettery. En cas de succès, l’idée serait d’étendre le dispositif à d’autres projets".

Pour le moment, seule la société Whispergen envisage de se lancer dès la fin 2009 dans la commercialisation de ce type de chaudière en France. C’est d’ailleurs l’un de ses modèles qui, après avoir été testé au centre de recherche de GrDF, a servi pour l’opération d’Epinay-sur-Seine. D’autres fabricants - De Dietrich, Remeha, Baxi, MTS, Bosh, Viessmann, Vaillant... - devraient d’ailleurs lui emboîter le pas mais pas, avant la fin de l’année 2010 voire 2011. A noter que les prix annoncés pour le lancement de ces produits présentent un surcoût d’environ 30% par rapport aux autres. Un investissement qui devrait être rentabilisé grâce aux économies d’énergie engendrées.